Tasmanus

Bien le bonjour, et voici le premier article écrit par Kilian, et non pas par Aurore. N’étant pas capable de philosopher autant qu’elle dans de belles tournures de phrases, je fais un simple article qui relate deux semaines de vacances que j’ai malheureusement passé sans elle.

Pour mes deux semaines de vacances (mid-semester break), nous avons organisé un petit voyage en Tasmanie avec mes trois nouveaux potos de mon école d’ingénieur, Vincent, Clément et Etienne.

La Tasmanie est un état d’Australie qui consiste en une grande ile tout au sud du pays, et qui est renommé pour être la Nouvelle-Zélande de l’Australie. Effectivement, comme vous allez le voir, nous avons vu des paysages à couper le souffle. La Tasmanie est aussi connue pour un animal unique qui ne vit nul part ailleurs : le diable de Tasmanie. Vous connaissez Taz, des dessins animés Walt Disney? Et bien c’est lui! C’est une sorte de petite boule de poils noire à quatre pattes avec un museau un peu allongé. Il émet un cri strident et relâche un odeur peu agréable à notre nez lorsqu’il est anxieux ou effrayé. Il est en voie de disparition et extrêmement protégé, nous n’avons pas eu la chance d’en voir, mais nous avons entendu son fameux cri durant une des nombreuses nuits en tente.

Attention, diable!

 Attention, diable!

Notre voyage s’est basé sur un régime très minimaliste : une tente pour quatre, des sacs de couchages fins, un pull, une veste, et location de voiture sur place. Un de nos majeurs problèmes fut d’ailleurs le froid. L’hiver commence à s’installer en Australie, et il est assez radical dans cet état du sud, où nous avons passé des nuits en tente et très mal équipés jusqu’a -4 degrés! Mais soyons courageux : ces vacances seront entièrement passée à l’extérieur, en pleine nature, à base de camping et de randonnées, en limitant les trajets en voiture et les nuits en auberge.

Le givre au matin de notre nuit la plus froide, sans vraiment avoir pu dormir

Le givre au matin de notre nuit la plus froide, sans vraiment avoir pu dormir

Contrairement au reste de l’Australie, la Tasmanie a une échelle humaine, et il est possible de traverser l’île en seulement quelques heures de voiture. Les paysages vont de la neige des hautes montagnes (Tout le milieux de l’île est un haut plateau à environ 1000m) à l’eau turquoise des plages paradisiaques.

Après une nuit dans le bus, puis une journée d’escale à Melbourne, ville bien plus impressionnante qu’Adélaide, nous arrivons à Hobart, capitale de la Tasmanie, et lieu de départ de toutes les expéditions vers l’antarctique. Petite ville charmante, toujours aussi bien carrée et quadrillée comme toute ville Australienne, nous ne nous y attardons que pour des raisons pratiques.

Première escale à la péninsule de Tasman. C’est un endroit où falaise de plus de 200 mètre de haut se jettent dans la mer, ou encore des poteaux de roche sortent de l’eau, tels des menhirs géants. Les randos y sont superbes, mais nous ne prenons pas souvent la peine d’y emmener l’appareil photo, étant donné que on marche au pas de course, histoire de battre les temps annoncés et d’entretenir la forme!

Péninsule de Tasman

Péninsule de Tasman

Hé oui, il faisait froid! Ou chaud?

Hé oui, il faisait froid! Ou chaud?

Petit aperçu des falaise, en miniature dans ce cas-ci

Petit aperçu des falaise, en miniature dans ce cas-ci

Ensuite direction le parc de Freycinet, l’un des plus beaux de l’île par ses baies isolées. Nous partons pour un tour de deux jours, portant tente, nourriture et eau, pour se retrouver tout au bout d’une presqu’ile pour camper. Nous sommes seuls au monde, le temps est magnifique, il fait assez bon pour se baigner, sensation de liberté! Le deuxième jour, ça grimpe, on passe de baies en sommets, marchant en chantant et en regardant les kangourous.

Le retour parmi la massive population de touristes chinois aux alentours du parking nous fait revenir à la réalité, après cet épisode de Koh Lanta.

Les grand randonneur. Vincent n'a pas lâché son bonnet du séjour (racaille)

Les grands randonneurs. Vincent n’a pas lâché son bonnet du séjour (racaille)

Seuls au monde, on en profite

Seuls au monde, on en profite

Plus vite petit!

Plus vite petit!

Ca, des plages, on en aura vu et traversé

Ca, des plages, on en aura vu et traversé

Sinon il y aurait un risque que les animaux de compagnie se révoltent et utilise nos armes à feux, logique.

Sinon il y aurait un risque que les animaux de compagnie se révoltent et utilise nos armes à feux, logique.

On a tout mangé, cuit sur le feux!

On a tout mangé, cuit sur le feu!

Couché de soleil, personne à 10km à la ronde

Couché de soleil, personne à 10km à la ronde

Ami du soir, bonsoir

Ami du soir, bonsoir

Sourissez!

Sourissez!

P1020422

Ensuite, nous roulons au nord, traversant plein de petits village de campagne (Il n’y a que deux villes en Tasmanie, le reste se compose d’endroits payés, et magnifiques). Notre itinéraire est tout le long dirigé par les endroits où nous pouvons passer la nuit. Nous avons acheté une application qui nous indique où l’on peut camper gratuitement, remplir de l’eau, où prendre une douche, où trouver des toilettes…. Ces camps gratuits sont nombreux en Tasmanie,encore faut-il connaitre l’application, et conditionnent quand même notre route. Ils sont souvent sur une plage, ou bien sur le terrain à l’arrière d’un bar ou d’un hôtel.

Retour en Alsace

Retour en Alsace

Malgré les nuits froides que l’on peut passer, on s’émerveille chaque jour. Nous tentons ensuite de camper sur les hauts plateaux au centre de la Tasmanie, mais redescendons aussitôt en plein milieu de la nuit. Il faisait déjà -3 degrés à 20h… Par la suite, nous dormirons toujours sur la côte, où il fait bon, puis ferons des randos à la journée dans les montagnes, ce qui nous a fait rouler plus que prévu, juste pour aller dormir au chaud chaque soir.

Concours de pêche au camping ce soir, sur 3km de plage, des pêcheurs au bon look traditionnel, à perte de vue

Concours de pêche au camping ce soir, sur 3km de plage, des pêcheurs au bon look traditionnel, à perte de vue

Cradle Mountain National Parc, en plein centre, est un des points culminants de l’île. Nous y sommes allé, marchant dans la neige et au dessus de lac gelés. Mais il fait grand beau, et nous pouvons marcher en short et T-shirt! La vue est magnifique, mais quand on a vu les alpes, forcément, on s’émerveille un peu moins que les chinois. Ce parc est aussi le début du plus long trek de tasmanie, l’overland track, qui traverse le haut plateau central sur une période de six jours. Vu notre équipement, on a bien fait de ne pas s’y aventurer. C’est surtout le prix qui nous a retenu d’y aller, il faut simplement payer 200 dollars pour le faire, et les rangers sont présents pour vérifier sur place!

Lac de montagne, a Cradle Mountain

Lac de montagne, a Cradle Mountain

Overland Track

Overland Track

Cradle Mountain elle même

Cradle Mountain elle même

Une fois en haut….

Une fois en haut….

C’est dans ce parc que nous avons droit à un petit cadeau de la nature, des wombats paraissent sur une colline. Photos de profil.

Ca ressemble à un nounours non? Il se moquait bien de notre présence...

Ca ressemble à un nounours non? Il se moquait bien de notre présence…

A partir de ce moment là, nous avions perdu l’appareil photo (qui nous a ensuite été envoyé par la poste, ils sont braiments très gentils ces Australiens), donc plus d’images…

Après avoir fait le tour des montagnes au centre, puis un rapide tour des lacs où nous voulions voir des ornithorynques (pas autant de chance qu’avec les wombats cette fois…) sans succès, nous décidons de retourner marcher au chaud pour les derniers jours, sur Maria Island, une petite île à l’est. Deux jours de camping en autonomie, en ayant pour seule compagnie un vieux monsieur très sympathique qui campait non loin de nous. Malheureusement, on a eu 3 jours de pluie, et le temps se faisait long, on avait bien envie de retrouver un peu de confort et de rentrer. C’est la pêche qui nous a fait passer le temps (sans succès, effectivement avec du matériel fabriqué avec des branches, de la ficelle, du barbelé et des bigorneaux, pas facile d’attraper un saumon), des marches sous la pluie pour aller voir des baies paradisiaques, des jeux avec les milles wombats qui nous rendaient visite, et les veillées autour du feu.

Un instant magique se présente à nous sur le bateau du retour vers la grande île de Tasmanie : des dauphins viennent nager et sauter le long de la coque. C’est gros, bien 5 mètres, et ça nage vite. Et il y en avait bien 10.

Une dernière nuit en camping, et on reprenait l’avion pour Melbourne, où une journée interminable dans la station de bus nous attendait, pour une nuit interminable dans le bus, avant de retrouver le confort, et le travail…..

Publicités

Une réflexion sur “Tasmanus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s